Revendication: Liberté économique: choisir son assureur maladie

Guy André Pelouze - publié le 29 janv. 2019 à 11:46:53

Constat

Environ 200 milliards de prélèvements obligatoires sont utilisés par la sécu assurance maladie pour rembourser des soins aux français. C'est suffisant pour délivrer des soins de qualité. Or les français n'ont plus et de loin le système de soins le plus efficace et le plus accessible. Ce système est en fait au bout du chemin de l'étatisme et du monopole. Qu'est ce à dire?
Les français n'exercent aucun choix ni sur les garanties de l'assurance ni sur l'assureur. Le résultat est un coût élevé pour des services qui baissent en quantité et qualité. Encore une fois la classe politique se déclare européenne mais elle refuse aux français ce qui est le fonctionnemement normal de nombreux pays européens: garantir une assurance pour tous avec le choix de l'assureur et du contrat. Cet équilibre entre liberté et responsabilité est un critère majeur qui fait défaut à notre "modèle". Ce d'autant que le monopole a en réalité deux têtes, celle des syndicats et celle de l'état ce qui conduit soit à une connivence inefficace soit à des conflits d'intérêt comme le démontre la détérioration des services de soins (accessibilité d'un MG, carte vitale sans contenu vital, dossier numérique en panne, désertion de la profession de médecin au contact des malades, bureaucratisation extravagante, hôpitaux sans gestionnaire mais avec de nombreux administrateurs, dépenses inutiles à au moins 30% du total des prélèvements, etc).

Contenu

Choisir son contrat d'assurance maladie est plus important que choisir son contrat d'assurance automobile!

À partir d'un contrat de base similaire mais dont la prime est libre, je veux choisir de m'assurer pour des soins supplémentaires comme les cures thermales ou des services comme les transports non urgents, les indemnités journalières non liées à une maladie grave etc. Ce choix produit une dynamique d'innovation de l'offre de soins, c'est à dire des garanties mieux adaptées aux besoins des français. Choisir son contrat ne nuit pas à la solidarité, au contraire il la renforce.

Choisir son assureur de soins est plus important que choisir sa banque!

Je veux choisir un assureur en qui j'ai confiance et qui correspond à mes souhaits en matière de soins. Ce choix produit une dynamique de marché qui, comme dans tous les autres cas observés en France et en Europe conduit à un meilleur rapport qualité/prix. La baisse de la prime est un gain de pouvoir d'achat pour chaque français et l'amélioration de la qualité résulte de la concurrence et de la transparence des données; deux conditions que la régulation étatique est incapable d'obtenir dans le cadres du monopole. Là aussi le choix de l'assureur ne nuit pas à la solidarité, au contraire il l'améliore car la sécu opérateur historique rendra aux côtés d'autres assureurs un meilleur service à ceux qui l'auront choisie.

Catégories

politique

Partager