Revendication: Utilisation de la taxe carbone

guy PIGNARD - publié le 23 janv. 2019 à 13:32:24

Constat


Elle s’appelle officiellement la Contribution Climat-Énergie, mais est plus connue sous le nom de "taxe carbone". Créée en 2014, elle touche les carburants, mais aussi le gaz naturel et le charbon. Et, comme elle est alourdie presque tous les ans, elle rapporte beaucoup d’argent à l’Etat français : 5,6 milliards en 2017, 10 milliards en 2018 et probablement 12,8 milliards en 2019.

Mais que faire de ce magot qui fleure le dioxyde de carbone ?

Cette taxe devrait être uniquement et entièrement utilisée pour aider l'amélioration de l'habitat et la recherche sur les énergies non carbonées.

Contenu

C’est un leurre de penser qu’on peut faire changer les comportements par l’augmentation de la taxe sur le carburant, car les prix à la pompe dépendent aussi des cours du pétrole. Si ces derniers baissent, le signal prix n’existe plus et l’augmentation de la taxe perd aussitôt tout effet.

De même, c’est une erreur de vouloir affecter les recettes de la taxe carbone au financement de la transition énergétique. Car en instaurant cette taxe, vous allez renchérir le coût de l’énergie, ce qui va se propager à toute l’économie : le ciment, l’acier, les voitures, les transports… tout va coûter plus cher. Vous risquez ainsi de faire chuter votre compétitivité, donc l’emploi, le pouvoir d’achat, etc. Et vous aurez beau donner un chèque énergie aux personnes fragilisées, ce ne sera jamais suffisant par rapport à ce qu’elles perdent. La bonne stratégie est donc de se servir des produits de la taxe pour baisser les coûts de production, via par exemple la baisse des charges sociales.

Et de financer le développement des technologies alternatives et des nouveaux moyens de transport par une légère augmentation des prix, mais aussi par la subvention et des garanties publiques – un système dans lequel les pouvoirs publics se portent garants du projet et ne supportent la facture qu’en cas d’échec. Mais évidemment, cette stratégie globale ne peut pas être improvisée : il faut qu’elle soit mise à plat et négociée avec les partenaires sociaux.

Catégories

consommation

Partager