Revendication: Déclaration des droits de l'individu

Jean-Louis GUÉNÉGO - publié le 5 mars 2019 à 10:13:12

Constat

La déclaration des droits de l'homme a été certes une avancée importante dans l'histoire de la garantie de la liberté, mais n'est pas suffisante.

Dès son article 1, elle légitimise les "distinctions sociales" fondées sur l'utilité commune, notion très approximative, laissant ainsi la voie ouverte sur l'inégalité des droits.

Dans son article 11, elle mentionne que la loi peut restreindre la liberté d'expression.

Dans son article 12, elle prône la force "publique" qui de toute façon va être au service de ceux qui la contrôlent.

Dans son article 13, elle légitimise le vol par l'impôt.

L'article 14 ne fait que montrer l'impuissance de contrôle du citoyen face à l'impôt : il ne peut que constater et "consentir librement", mais pas s'opposer.

L'article 15 indique que seul la "société" a le droit de demander des comptes à l'administration. Pas l'individu.

L'article 16 est un gigantesque contresens : il implique que la présente déclaration (qui viole les droits naturels, voir les articles plus haut) n'a pas de constitution.

L'article 17 met une exception au principe inaliénable de propriété. Elle indique que la nécessité publique (vague notion) peut être au dessus du principe de propriété.

Bref. Il est temps de proposer une autre déclaration qui ne fait aucune exception au principe de liberté et de la propriété qui en découle.

En voici une.

Contenu

Je revendique que la déclaration des droits de l'homme et du citoyen soit remplacée par la déclaration des droits de l'homme et de l'individu.

Préambule

Reconnaissant que la loi naturelle est universelle, invariable et éternelle,
Reconnaissant que les droits naturels sont les conditions d'existence requis par la nature humaine pour sa propre survie,
Reconnaissant que ces droits sont inaliénables et imprescritptibles,
Nous reconnaissons et déclarons les droits suivants de l'individu :

Article premier :

Votre vie vous appartient et vous en êtes responsable et souverain : nul n'a plus de droits sur votre vie que vous-même. Nul ne possède votre vie et vous ne possèdez celle de personne.

Article second :
Vous avez le droit de protéger votre vie, votre liberté et votre propriété contre l'agression d'autrui : nul ne peut utiliser la force contre votre vie, votre liberté ou votre propriété. Aucun individu ni aucun groupe d'individus, pour son compte, ou pour le compte d'autrui. Nul ne peut tuer, asservir, ou voler autrui, quel que soit le pretexte et quel que soit le nombre d'individus qui l'y encouragent.

Article trois :
Vous choisissez vos propres objectifs en fonction de vos valeurs et les assumez.

FIN.

Catégories

politique

Partager